Comment lever des fonds durant la pandémie du Covid-19

Par Thibault Launay

0
671

Un tier de la population mondiale est actuellement en quarantaine mais les entrepreneurs ressentent toujours la nécessité de lever des fonds. Cela me donne l’opportunité de partager mon expérience dans la levée de fonds de ma première entreprise en Guinée durant l’épidémie d’Ebola en 2014. J’essaierai de vous guider au cours de cet article et de vous donner quelques conseils.

« Il ne suffit pas de croire qu’il suffit d’avoir une grande idée pour lever des fonds. »

Est-ce le bon timing pour contacter les investisseurs ?

Il faut garder à l’esprit que beaucoup de Business Angel ont la plupart de leur richesse en Bourse ce qui signifie qu’ils ont perdu entre 30-50% de leurs actifs durant ces derniers mois. Ils pourraient être stressés et être de mauvaise humeur, ou avoir, en ce moment, un membre de leur famille malade. Je vous aurais suggéré de patienter 3 à 4 semaines avant de solliciter l’argent des investisseurs.
Il peut toujours être judicieux de garder le contact en leur demandant des conseils ou de les tenir à jour concernant votre entreprise.
Il ne suffit pas de croire qu’il suffit d’avoir une grande idée pour lever des fonds. Vous avez besoin d’une équipe et d’un business plan de même qu’un MVP (minimum viable product ndlr Produit Minimum Viable) qui a une certaine traction.

Quelle évaluation pour mon premier tour de table ?

Je pense que votre attention devrait être portée sur la dilution plutôt que sur la valorisation. Arrêter de penser qu’une idée valorisera votre entreprise à 5 millions. Par expérience, le premier round tourne généralement autour d’une valorisation entre 500.000 et 3 Millions d’euros. Il dépend de plusieurs paramètres tel que :

  • Avez-vous un MVP ?
  • Avez-vous déjà des utilisateurs ?
  • L’entreprise est-elle en croissance ?
  • Générez-vous des revenus ?
  • Avez-vous atteint votre seuil de rentabilité ?
  • Combien avez-vous déjà investi jusque-là
  • Quel est l’expérience de votre équipe

Il faut toujours garder à l’esprit que l’objectif d’une entreprise est de générer des profits. Je pense que beaucoup d’entrepreneurs qui lancent un produit ne pensent pas suffisamment à la monétisation et à la rentabilité.

Au tout début, essayer d’identifier les investisseurs qui peuvent apporter plus que de l’argent.

Il n’y a rien de mal à céder 20% des fonds propres contre un investissement 100.000 euros au premier tour de table. Au tout début, essayer d’identifier les investisseurs qui peuvent apporter plus que de l’argent. Par exemple, lorsqu’on levait des fonds pour notre entreprise minière en Guinée, on a essayé d’identifier les investisseurs qui avaient des connaissances spécifiques du secteur, ou de la Guinée et on leur demandait si ils pouvaient siéger au conseil d’administration de l’entreprise pour renforcer sa crédibilité.

Comment devrais-je les approcher ?

Vous ne pouvez pas ignorer la crise mondiale actuelle. Je suggère que vous commenciez par mentionner dans votre courriel quelques mots à propos de la situation actuelle pour montrer à l’investisseur que vous êtes préoccupés par le virus et ses impacts sinon vous donnerez l’impression que vous ne vous souciez que de leur argent.
Si vous contacter les investisseurs sur LinkedIn, faites l’effort de personnaliser le message que vous leur envoyez afin d’attirer leur attention. Eviter les messages du genre : « Quand pouvons-nous parler ? » sans leur expliquez ce que vous cherchez précisément. Les investisseurs sont des personnes occupées et reçoivent beaucoup de messages chaque jour.
S’ils ne vous répondent pas, ne le prenez pas personnellement. Cela veut dire qu’ils ne sont pas intéressés ou qu’ils n’ont peut-être même pas lu votre e-mail parce qu’ils étaient trop occupés. Je suggérerais que vous patientiez deux semaines avant de leur envoyer un e-mail de suivi.

Lire aussi  Mieux faire des affaires sur les marchés émergents Africains

Combien d’investisseurs je dois contacter pour lever des fonds ?

Non, vous n’avez pas seulement besoin d’envoyer 5 e-mails pour lever des fonds (à moins que vous soyez extrêmement chanceux). Dans mon expérience personnelle de levée de fonds durant la crise d’Ebola en Guinée, j’ai dû envoyer plus de 2.000 courriels pendant 2 ans pour pouvoir lever des fonds.

Dois-je contacter un Business Angel ou une société de Capital-Risque ?

Durant cette période de crise, ne soyez pas trop pointilleux, contacter tout le monde, Business Angel, société de capital-risque, Love Money (amis et famille), capital-risque d’entreprise, emprunts bancaires etc. Vous devrez considérer chaque option à votre disposition pour être en mesure de lever des fonds. L’option idéale est, si vous pouvez démarrer votre entreprise, de lancer votre produit et d’avoir de la traction sans aucun investisseur.

Les investisseurs sont des personnes occupées et reçoivent des milliers de pitch deck chaque année. S’ils aiment votre idée, ils préféreront investir dans votre entreprise plutôt que de vous voler votre idée.

Concernant le démarrage de votre entreprise, vous seriez surpris de savoir que mailchimp a généré 650 Millions d’euros de revenus en 2019 et que l’entreprise est toujours détenue à 100% par ses fondateurs. Ils n’ont jamais accepté de fonds de capital-risque et ont refusé beaucoup d’offres d’entreprises technologiques.
Je pense que la principale différence entre un Business Angel et un capital-risque réside dans le fait que le Business Angel va investir en vous en tant que personne alors que le capital-risque investira dans le potentiel de votre entreprise. Si vous n’avez pas encore de MVP et de traction, je pense que la Love Money, les Business Angels et le démarrage sans investisseur sont vos trois principales options et que vous n’êtes pas encore prêt pour les fonds de Capital-Risque.

Vous trouverez ici une liste d’investisseurs à contacter

Est-ce qu’ils vont me voler mon idée si j’envoie mon pitch deck sans avoir signé un accord de non-divulgation ?

Les investisseurs détestent signer des clauses de non-divulgation (NDA) et considèrent cela comme une perte de temps. Cela dit, vous pourrez demander à l’investisseur de signer après plusieurs rencontres, mais ne leur demandez jamais de signer un accord de non-divulgation dans votre premier e-mail.
Les investisseurs sont des personnes occupées et reçoivent des milliers de pitch deck chaque année. S’ils aiment votre idée, ils préféreront investir dans votre entreprise plutôt que de vous voler votre idée. Ne soyez pas naïf – des milliers de personnes ont probablement eu la même idée avant vous. La clé n’est pas l’idée mais l’exécution

Lire aussi  Puxxus veut financer son premier film d'action par appel de fonds

Non – vous n’avez pas besoin de dépenser 10.000 euros par mois dans un bureau

Ne pensez pas que vous allez impressionner quelqu’un si vous louez un bureau très cher. Ça pourrait vexer les investisseurs et leur donner l’impression que vous n’investissez pas leur argent à bon escient. Déterminer si réellement vous avez besoin d’un bureau en 2020. J’ai été entrepreneur depuis 8 ans maintenant et je n’ai jamais senti le besoin de travailler depuis un bureau. Mon téléphone est mon bureau et je peux travailler de n’importe où.

Non – vous ne faites pas partie de l’espace de coworking/incubateur la plus branché avec la plus cool table de Ping-Pong de la ville

Les espaces de coworking vous donneront l’opportunité de rencontrer d’autres startup et de vous amuser mais ce n’est pas une garantie de succès. Vous pouvez avoir beaucoup de succès sans avoir rejoint un espace de coworking ou un incubateur

Oui – Il y a plus que le digital dans le monde des startups

Je pense que 95% des pitch decks que je reçois sont des startups ‘digital’ et ils donnent l’impression que le monde des startups des très éloigné du monde réel. J’encouragerais les investisseurs à disrupter les industries plutôt que de créer de nouveaux réseaux sociaux pour les végans en utilisant l’Intelligence Artificielle, la Réalité virtuelle et le Blockchain pour paraître ‘cool’ et ‘branché’ sur un pitch deck.
La première question que vous devrez vous poser est « quel problème ma startup résout-elle ? » Si vous ne résolvez aucun problème alors ce n’est pas un bon début…
Ensuite vous devez vous demander ‘qui sont vos concurrents’ ? Vous ne voudrez pas être le 135ème startup de food tech de votre ville.
Il est aussi important de considérer la taille de votre marché. Si la taille de votre marché est inférieure à quelques milliards d’euros, il sera difficile d’attirer les investisseurs en capital-risque. Lorsqu’ils investissent, ils veulent faire un multiple de 10x et cela nécessite un grand potentiel de marché.

Non, ce n’est pas l’apocalypse – Il y a une vie après le virus

Je peux vous donnez beaucoup d’exemple de d’entreprise prospères créées durant des crises telles que Ubern AirBnb, Coinbase ou Pinterest.
Il est très facile de créer une entreprise quand le ciel est dégagé. Mais lorsque les temps sont durs, on découvre les ‘vrais entrepreneurs’. Ils créeront une entreprise indépendamment de l’environnement économique et de la situation du coronavirus. Ils n’ont qu’un seul but : construire.

 

A propos de l’auteur

Thibault Launay est un entrepreneur et Business Angel Français classé par Forbes parmi les 30 personnalités de mois de 30 ans qui comptent dans le monde des affaires mais aussi dans le top 12 des business angels de moins de 35 ans par les Echos. Il est cofondateur de l’entreprise d’exploitation minière « Alliance Minière Responsable » présente en Guinée Conakry. Il a investi en tant que Business Angel dans près d’une quinzaine de start-up dont Pigzbe, une tirelire digitale pour enfants utilisant la technologie blockchain.